Qui suis-je ?

Je suis né à la fin des années 90 en Bourgogne, là où se trouvent les meilleurs vins du monde (salutations aux Bordelais 😂). J’étudie comme n’importe quel écolier français, et en 2012, vers mes 13 ans, j’ai découvert la culture et la langue russe. Mais j’ai rencontré un mur dans cette nouvelle passion : l’étonnement de tout le monde. Et oui, ils, et je me souviens encore, m’ont dit : “Sérieusement ? À quoi bon ? C’est inutile, apprend autre chose qui te servira dans la vie !».

Et après avoir passé des jours entiers à lire des livres sur la Russie et son histoire, essayant désespérément d’apprendre la russe, je suis entravé par cet ennemi : le manque de soutien.

Je continue et j’essaie de convaincre mon entourage, mais même mes amis ont été fermés et m’ont donné le surnom de «soviétique» … cela montre la vision des français envers la Russie à l’époque et qui s’est (beaucoup) aggravé depuis.

Quant à toi, tu as déjà vécu un moment où tout le monde autour de toi ne te comprend pas et fait tout pour te faire changer d’avis. C’est très frustrant, on est d’accord ?

J’étais au plus bas niveau de ma motivation, j’essayais d’apprendre cette langue qui est très difficile, sachant que je ne comprenais pas le mécanisme du russe qui est différent du français. Mais, par miracle, j’ai connu l’existence d’une association culturelle entre la France et la Russie, et où je pouvais apprendre la langue avec un vrai natif. Je suis toujours très reconnaissant pour ce que l’association m’a donné : une telle détermination à continuer. Il y avait un destin dans ma tête que je devais suivre !

J’étais tellement motivé, j’ai progressé très rapidement, et j’étais si heureux d’aller à des cours de russe tous les mercredis soirs. L’Association m’a permis de voir des russophones de différentes villes, comme Novossibirsk ou Minsk, qui sont venus dans notre ville.

Mais en 2017, l’enseignement supérieur est arrivé à moi et j’ai dû aller faire mes études plus loin, toujours en Bourgogne. Je ne pouvais plus continuer à apprendre le russe parce que l’horaire n’était pas compatible avec les horaires de mon université. J’étais désespéré, mais mon désir de venir étudier en Russie et d’y vivre devenait de plus en plus fort. Mais dans mon université, c’était impossible : il n’était pas possible de partir vivre quelques mois. Et par hasard, un ami, qui étudiait dans une autre école, m’a dit qu’il pouvait aller à l’étranger et qu’il avait vu des écoles russes dans le programme !

C’était encore le destin selon moi, après quelques recherches, il y avait deux partenariats avec des écoles de Moscou : j’avais besoin de rejoindre cette école ! J’ai travaillé dur et j’ai encore rencontré ce problème de soutien, comme lors de mon entretien final pour rejoindre cette école, où, quand j’ai dit que je voulais absolument venir en Russie, un membre du jury a dit en plaisantant : «Oh, je pense que c’est la première fois que je l’entends, pourquoi y aller ? Vous comprenez que c’est très étrange pour nous !?». J’ai répondu à cette remarque que tout le monde a des passions et des goûts différents et que cela ne devrait pas nous bloquer si nous sommes motivés. Ils ont beaucoup souri et se sont réjouis de ma réponse. Et j’ai eu le plaisir de rejoindre cette école et en même temps j’ai continué à étudier la russe et sa fantastique civilisation.

Mais une autre catastrophe s’est produite : le coronavirus. Le stress augmentait de jour en jour car j’ai été admis dans une prestigieuse université russe, et je devais terminer ma dernière année d’études là-bas ! La dépression était imminente, je devais rester en France, et plus les jours passaient, plus la date de départ pour la Russie approchait et plus les frontières étaient fermées. Et le destin m’a encore donné une chance : tous les gouvernements ont commencé à rouvrir leurs frontières , et grâce à cela, j’ai finalement pu sourire et partir rencontrer cette incroyable population.

C’est un nouveau départ pour moi et ça te prouve quelque chose :

“Quand tu veux, tu peux toujours !”

Même si les gens vous disent que ce n’est pas possible, cela vous montre que c’est possible. C’est pourquoi j’ai décidé de créer du contenu sur la Russie : montrer à tout le monde qu’il est possible de faire ce que tu aimes !

Merci beaucoup d’avoir lu jusqu’à présent et j’espère que mon histoire vous montrera qu’il n’y a rien d’impossible !

Rejoins moi sur les réseaux sociaux pour te montrer la vraie vie en Russie